Personnels précaires

Les droits des précaires de l’Éducation Nationale.


Articles publiés dans cette rubrique

jeudi 14 novembre 2019
par  Sud éduc 34

Rentrée chaotique : promesses non tenues, précarité maintenue Mobilisation massive des AESH le 20 novembre 2019 !

Vous trouverez ci-dessous un appel intersyndical national (SUD éducation, CGT Educ’action, SNUipp, SNES, SNUEP, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SNALC) appelant à une journée de mobilisation concernant le statut et les conditions de travail des AESH, ce mercredi 20 novembre 2019.
Sud éducation Hérault appelle (...)

jeudi 14 novembre 2019
par  Sud éduc 34

Le temps de travail des AESH

Analyse de la fédération SUD éducation
La nouvelle circulaire relative aux missions des personnels accompagnant les élèves en situation de handicap publiée le 5 juin 2019 introduit des modifications sur le temps de travail des AESH. Dans les départements, les DSDEN interprètent la circulaire souvent (...)

jeudi 7 novembre 2019
par  Sud éduc 34

Assistant-e-s d’Éducation… Apprenons à nous organiser collectivement et à nous défendre !

En cette année 2019-2020, les évolutions positives de nos droits ne sont toujours pas d’actualité ! Pour SUD éducation, la rentrée signifie continuer à défendre les droits des salarié-e-s qui sont de plus en plus touché-e-s par les réformes et lutter contre la précarité. Les plus précaires de l’Éducation (...)

samedi 2 novembre 2019
par  Sud éduc 34

AED & AESH : nous devons être payé-e-s à temps

Les problèmes de paiement de salaire sont trop récurrents, surtout quand il s’agit des personnels contractuels. Nous évoquions déjà la situation kafkaïenne des contractuel-les le 7 octobre... À la précarité du statut et des conditions de travail s’ajoute l’inquiétude de ne pas être payé-e à temps et des (...)

mardi 22 octobre 2019
par  Sud éduc 34

AESH : Avenants aux contrats ce qu’il faut savoir pour ne pas se faire avoir

Analyse de la fédération SUD éducation
La circulaire AESH n°2019-090 du 5 juin 2019 modifie le cadre des contrats, notamment par le passage de 39 à 41 semaines travaillées dans l’année. Les contrats qui n’étaient pas arrivés à terme au 31 août 2019 doivent donc être mis en adéquation avec cette nouvelle (...)