Déclaration de Sud éducation en ouverture de la FPMA certifiés/agregés - Mouvement intra 2015

mercredi 17 juin 2015
par  Sud éduc 34

PDF - 59.3 ko
Déclaration de Sud éducation en ouverture de la FPMA certifiés/agregés - Mouvement intra 2015

Déclaration de SUD Éducation Languedoc-Roussillon
FPMA des 17 et 18 juin 2015

MOUVEMENT INTRA 2015 : LA SITUATION SE DÉGRADE ENCORE !

Le mouvement intra-académique 2015 des professeurs certifiés et agrégés dans l’académie de Montpellier (comme dans toutes les académies de France) est une fois de plus révélateur de la politique d’austérité généralisée menée par le gouvernement et du manque de moyens accordés à l’éducation.

En effet malgré les effets d’annonce répétés du gouvernement depuis 2012 dans les médias sur la « priorité donnée à l’éducation », force est de constater que toutes les réformes entreprises (éducation prioritaire, collège 2016, rythmes scolaires… ) l’ont été dans un objectif d’économies budgétaires et que les créations de postes ne sont pas au rendez vous. Le manque de postes disponibles a des conséquences directes sur les conditions dans lesquelles se déroule le mouvement : il entraîne une inflation impressionnante des barèmes dans de nombreuses disciplines ! Certaines zones géographiques sont inaccessibles à l’immense majorité des personnels.
Aussi nous pouvons, encore cette année, déplorer les conséquences néfastes de la politique de l’emploi menée par le ministère qui provoque un blocage du mouvement dont la conséquence est la remise en cause du droit à la mobilité des personnels.

Les collègues qui ne réussissent pas à muter, malgré des demandes renouvelées d’année en année pour certains, sont trop nombreux. Derrière les chiffres et les codes nous tenons à rappeler que ce sont parfois des situations de grande souffrance que vivent les personnels : éloignement de leurs proches, temps de transport très importants, conditions de travail dégradées… Si l’on ajoute à cela la faiblesse des rémunérations, les compléments de service qui se multiplient, le recours massif aux contrats précaires ou encore les sureffectifs devenus la norme dans les classes il ne faut pas
s’étonner de la profondeur du malaise qui plane sur la profession.

Sud éducation dénonce un mouvement bloqué qui contribue au mal être enseignant et l’aggravation des conditions de travail provoquée par les dernières contre-réformes austéritaires du gouvernement :

- La réforme de l’éducation prioritaire génératrice d’inquiétudes (avec son cortège d’introduction de politiques managériales, de rémunération au mérite et de généralisation de l’école du socle...) pousse les personnels des établissements REP/REP+ à demander leur mutation ce qui fragilise la stabilité des équipes, au détriment de l’intérêt pédagogique.

- La réforme du collège que le gouvernement veut imposer par le passage en force, va introduire des hiérarchies intermédiaires, va renforcer les inégalités territoriales et sociales, va augmenter la charge de travail des personnels… Et ce ne sont pas les 4000 ETP annoncés par le ministère (soit 10h pour chacun des 7200 collèges français !) qui vont rendre son application moins problématique.

Face au mépris du gouvernement, Sud éducation appelle, avec l’intersyndicale nationale, les personnels à amplifier la mobilisation contre la réforme du « collège 2016 » qui va encore dégrader les conditions de travail et à élaborer collectivement les stratégies et les moyens d’obtenir son abrogation.

Les élus SUD Éducation à la CAPA certifiés de l’académie de Montpellier
sud.educ.certifies.montpellier@gmail.com


Navigation

Articles de la rubrique